Accueil » A-la-Une, Exposition

Graffiti, né dans la rue

8 août 2009








Après Tag au Grand Palais au printemps dernier, c’est au tour de la Fondation Cartier de consacrer une exposition au Graffiti et au Street Art. Cette expo retrace ses débuts dans les rues de NYC au début des années 70. Le parcours pédagogique et historique permet de mieux comprendre le contexte dans lequel les premiers writers (Julio 204, Taki 183, Joe 182 …) ont commencé à tagger les murs de la ville, en bubble, block, wild, computer rock ou whole car style. Et comment on est passé du simple tag au graff sur les rames du métro.

Au tournant des 70s et 80s, les médias et le monde de l’art commencent à s’intéresser au graffiti et certaines galeries, Fashion Moda notamment, lui consacrent  des expositions. Des artistes comme Basquiat et Haring se lient d’amitié avec des graffeurs. Le même rapport à la ville les uni. On assiste également à des collaborations entre graffeurs et musiciens Hip Hop, Blondie, the Clash qui invitent Dondi , Fab Five Freddy à participer à leur clip.

Cette exposition détaille aussi tout le processus créatif et technique derrière le graff : notamment avec l’exemple de « Hand of Doom », de Seen, les black books qui contiennent  les dessins préparatoires, les essais, les marqueurs faits maison.

L’occasion de voir des objets rares comme le blouson en jeans Lee de Lady Pink (je le veux !), la porte d’entrée de Tracy 168 taggué par les writers les plus connus de l’époque, les uniformes des agents de la MTA (Metropolitan Transport Authority) que les graffeurs portaient pour ne pas se faire prendre en train de tagger.

Des interviews des artistes, des films de Charlie Ahearn, ainsi que des photos de Martha Cooper, Henry Chalfant , et des rapports de police viennent compléter cette expo.

Au premier étage, 10 artistes ont réalisés des œuvres et des installations éphémères spécialement pour l’expo, en collaboration avec l’association M.U R et prouve que le graff continue d’évoluer aujourd’hui en adoptant des formes et des modes d’expression différentes. Mais moins authentiques …

Une exposition super intéressante et longue où il ne faut pas hésiter à revenir plusieurs fois, tant il y a de détails à capter.
Et pour essayer de comprendre pourquoi, le graffiti qui fait aujourd’hui parti de la culture, continue d’évoluer en marge du monde artistique contemporain.

 

Jusqu’au 29 novembre
Tous les jours sauf le lundi de 11h à 20h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h

 

Fondation Cartier
261 boulevard Raspail
75014 Paris
01 42 18 56 50

www.fondation.cartier.com



 

 

 

 

 

 

Lire aussi :

  1. TERRE NATALE – Ailleurs commence ici                         L’exposition propose une réflexion sur le rapport à la terre, les racines et le déracinement lié aux migrations...

Laisser un commentaire :

Ecrivez votre commentaire ci dessous, ou trackback de votre propre site internet. Vous pouvez aussi souscrire aux commentairessubscribe via RSS.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs