Accueil » A-la-Une, Peinture

Kandinsky

22 juillet 2009

Une exposition-évènement réunissant plus de 100 oeuvres de grand format réalisées entre 1907 et 1942 en provenance des 3 plus importantes collections publiques de Kandinsky. L’accrochage est chronologique et permet de suivre la vie et l’évolution de l’oeuvre du peintre russe.
Né à Moscou en 1866, étudiant en droit et en économie, il décide à 30 ans de partir étudier la peinture à Munich. Pendant cette période, il voyage beaucoup en Europe et commence à peindre de "grands dessins colorés" empreints de la nostalgie de la Russie de son enfance.
Après avoir vécu 1 an à Paris, il retourne à Munich en 1908 et rédige son premier ouvrage théorique "Über das Geistige in des Kunst" (Du spirituel dans l’Art) en 1911 puis l’Almanach du Blaue Reiter. Son style évolue en se libérant progressivement de la figuration et de la représentation. La même année, il peint sa première toile abstraite selon lui, "Bild mit Kreis" (Peinture avec un cercle), cercle qu’il qualifiera comme étant la "synthèse des plus grandes oppositions", et qui sera présent tout au long de son art.
Un autre symbole domine : l’arc qu’il considère être une ligne de force.
Contraint de quitter l’Allemagne pendant la première guerre mondiale, Kandinsky s’exile en Suisse puis rentre à Moscou, où, faute de moyens, il s’exerce au dessin et à l’aquarelle. En 1921, il retourne en Allemagne. Invité par Walter Gropius, il enseigne la peinture à l’école du Bauhaus, qui influence son style qui devient plus épuré, avec une gamme de couleurs plus simple, et des formes plus géométrique : on retrouve toujours des cercles, des arcs, des lignes, mais aussi des triangles et des points.
La montée du nazisme et la fermeture de l’école le contraint à retourner en France. En Allemagne ses toiles sont considérées comme "Entartene Kunst" (Art dégénéré), et retirées des musées en URSS. Cependant, il continue à être exposé en France.
Sa peinture évolue encore. Les couleurs deviennent plus douces et on assiste à l’apparition de petits êtres biomorphiques : des étranges figurines microscopiques.
A la fin de sa vie (1944), les tableaux de Kandinsky semblent plus matures et sereins.
Une exposition où l’on ressent et l’on comprend bien le parallèle entre la vie et l’oeuvre de l’artiste, avec toutes les évolutions et les recherches que cela implique et où il faut "non pas regarder le tableau de l’extérieur mais évoluer soi-même dans le tableau, à vivre en lui" (Kandinsky).

Courez y !

 

Jusqu’au 10 août
Tous les jours sauf le mardi de 11h à 23h

 

Centre Pompidou
01 44 78 12 33

www.centrepompidou.fr
 

Lire aussi :

Laisser un commentaire :

Ecrivez votre commentaire ci dessous, ou trackback de votre propre site internet. Vous pouvez aussi souscrire aux commentairessubscribe via RSS.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs