Accueil » Opéra

Un Bal Masqué de Verdi

23 avril 2009

Une mise en scène austère et un peu mortuaire en contraste avec une musique sublime et légère comme la harpe, instrument très présent dans ce Bal Masqué funéraire de Giuseppe Verdi.
Ce melodramma en trois actes d’après le livret d’Antonio Somma inspiré de Gustave III ou le bal masqué d’Eugène Scribe, fut écrit en 1859 par le compositeur italien.
Il raconte l’histoire d’un adultère platonique et de la vengeance qui s’en suit.

La soprano Deborah Voigt en Amelia est extraordinaire ainsi que le ténor Ramon Vargas qui interprète le Comte Riccardo.
Que d’émotions dans leurs voix !

Le spectacle se trouve également dans l’orchestre avec son chef Renato Palumbo (qui dirigea sa première symphonie à l’âge de 16 ans). L’observer d’en haut vaut le coup d’oeil. Il dirige ses musiciens et les chanteurs magistralement tout en ayant une certaine désinvolture voire de l’arrogance.

Des moments forts, une histoire simple néanmoins profonde et touchante de sincérité et superbement interprétée.
On pourra juste regretter une mise en scène de Gilbert Deflo (qui mit en scène aussi cette saison la Fiancée Vendue de Smetana, très colorée, j’ai adoré !) quelque peu lugubre et des costumes trop sombres mais chics.

La morale de ce Bal Masqué et de cette mascarade : les fautes en amour sont punies. A bon entendeur …

Allez-y !

24, 27, 30 avril, 6, 9, 13, 21, 23 mai a 19h30
3 et 17 mai a 14h30

Opera Bastille
Place de la Bastille
www.operadeparis.fr
 

Lire aussi :

  1. Madame Butterfly     Tragédie japonaise composée par Giacomo Puccini  et créée pour la première fois à la Scala de Milan en 1904. Le livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa...

Laisser un commentaire :

Ecrivez votre commentaire ci dessous, ou trackback de votre propre site internet. Vous pouvez aussi souscrire aux commentairessubscribe via RSS.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs